Docteur oliver may
Docteur Nicolas Krantz
Docteur Jerôme Essig

Reprise de prothèse de hanche 30/12/2013

fauvarque10.jpg
Avec le vieillissement de la population et l’augmentation du nombre d’implantation, l’incidence des fractures périprothétiques et des descellements mécaniques a augmenté. Pour le fémur, l’utilisation d’implants non cimentés est devenue plus fréquente, le ciment n’étant utilisé que lorsque la perte de substance est limitée ou en cas de reconstruction par greffe morcelée impactée. En effet, sauf en cas de greffe associée, les pertes de substance ne peuvent se combler avec une prothèse cimentée, le ciment prenant la place de l’ostéolyse ou du foyer de fracture entravant les capacités de reconstruction. Aussi, en cas de destruction du fémur proximal, les pièces fémorales de reprise sont le plus souvent non cimentées avec deux options : soit avec un blocage diaphysaire, soit les implants verrouillés, conçus en 1987 par Pierre Vives en France, ils trouvent une indication idéale pour le traitement des fractures périprothétiques avec descellement.

Armatures acétabulaires de reprise

Croix de Kerboull Muller Acetabular Ring Ganz Acetabular Ring Bursch Schneider Acetabular Ring
Croix de Kerboull Muller Acetabular Ring Ganz Acetabular Ring Bursch Schneider Acetabular Ring

Pour en savoir plus

Distally locked stems in revision hip arthroplasties: surgical technique and indications » H. Migaud, O. May, M. Soenen, B. Miletic, P. Deroche, A. Gabrion, P. Mertl, J. Girard Interact Surg (2008) 3: 1–6

- « Fractures périprothétiques autour de la hanche et du genou » Soenen M, Lautridou C, Lebel B, Hulet C, Brilhault J, Migaud H, May O, Laffargue P, Burdin P.. Rev Chir Orthop Reparatrice Appar Mot. 2006 Sep;92(5 Suppl):29-96

Conservation du métal-back lors d'une reprise de prothèse totale de hanche avec changement d'insert. Morbidité et devenir de 68 changements d'inserts » R. Bidar, J. Girard, O. May, Y. Pinoit, P. Laffargue, H. Migaud. Rev Chir Orthop. 2007 Sep;93(5):461-68

Implant fémoral de reprise à verrouillage distal. A propos de 101 cas, au recul minimum de 5 ans » O.MAY, Thèse de Médecine, Université Lille 2